8 soft skills à développer au sein de votre équipe

Soft skills à développer

Notre monde n’est plus le même. Les gens ne travaillent plus tous les uns à côté des autres, et les entreprises réagissent en développant des compétences non technique ou plus communément appelés les soft skills sur le lieu de travail qui leur permettront de rester pertinentes.

Et le mieux, c’est que ça marche ! Il est communément admis que les employés dotés d’une intelligence émotionnelle élevée, par exemple, sont plus performants et que les organisations qui encouragent les soft skills comme la collaboration sont plus performantes que celles qui ne le font pas.

Vous allez donc vous assurer que toutes les nouvelles recrues sont déjà des super-héros en soft skills, n’est-ce pas ? Peut-être pas.

En fait, une étude récente de LinkedIn a révélé que près de 60 % des responsables du recrutement aux États-Unis ont du mal à trouver des candidats possédant des compétences générales. La bonne nouvelle est qu’il est possible de développer des soft skills sur le lieu de travail, et nous allons vous dire comment.

Prenons un exemple, vous avez peut-être engagé un programmeur qui était au sommet de la liste des talents. Le problème ? Il lui manquait des compétences générales spécifiques comme le travail d’équipe ou la communication. Cela est devenu un problème sérieux lorsque vous et votre équipe avez essayé de construire l’application ensemble. Pour quelle raison ? Cela entraîne de la confusion et les membres de l’équipe attendent que les autres aient terminé leur travail avant de passer à autre chose.

Pour cette raison, les soft skills sont tout aussi importantes, sinon plus, que les soft skills. Après tout, il s’agit de traits de personnalité et d’indices sociaux qui ne sont pas enseignés à l’école. En outre, les soft skills peuvent contribuer à renforcer la résilience et à maintenir l’engagement des employés.

Les soft skills encouragent l’appropriation et sont la pierre angulaire de la création d’un lieu de travail sain, solidaire et productif. Enfin, les soft skills sont également transférables d’une carrière et d’un secteur à l’autre.

Parce que les compétences non techniques sont si importantes, voici les dix compétences que vous devriez encourager au sein de votre équipe.

Catégories

Abonnez-vous à ma Newsletter

Rendez-vous tous les mois
pour découvrir les actualités d’Ystya

 
 

Me suivre

8 soft skills à développer

1. L’intelligence émotionnelle.

Si je devais m’échouer sur une île déserte et que je ne pouvais emporter qu’un seul soft skill, ce serait l’intelligence émotionnelle. Je sais. Cette analogie n’est peut-être pas la plus logique. Mais je pense que vous avez compris. L’IE est, à mon avis, la compétence non technique essentielle que tout le monde devrait développer.

Cela peut paraître un peu hyperbolique. Mais l’intelligence émotionnelle influence directement les cinq cadres suivants :

  • La conscience de soi : la capacité à reconnaître ses sentiments et ses émotions.
  • L’autorégulation : la capacité à contrôler ses émotions.
  • L’automotivation : avoir la volonté interne de prendre l’initiative et de faire avancer les choses.
  • Conscience sociale : être capable d’empathie envers les autres.
  • Les compétences sociales : les outils nécessaires pour communiquer et interagir avec les autres.

Comme vous pouvez le constater, l’IE est essentielle pour les équipes et les dirigeants. Et, à mon avis, c’est le fondement de tous les autres soft skills que vous voulez que votre équipe maîtrise. D’ailleurs, pour en apprendre davantage sur l’intelligence émotionnelle je vous suggère le livre de Daniel Goleman « L’intelligence émotionnelle » qui décrit parfaitement ce soft skill.

2. La gestion du temps.

Gestion du temps

Lorsque vous êtes capable de gérer votre temps plus efficacement, vous êtes capable de respecter les délais, d’atteindre vos objectifs et d’améliorer votre bien-être.

Mais, comme il s’agit probablement d’un sujet avec lequel votre équipe n’est pas très familière, voici quelques façons de l’aider à corriger ses problèmes de gestion du temps :

  • En travaillant avec eux pour vous assurer qu’ils se fixent les bons objectifs et les bonnes priorités.
  • En les aidant à résoudre des problèmes complexes, par exemple en les aidant à établir des priorités dans leurs listes.
  • Suggérer des moyens de réduire les distractions, comme désactiver les notifications des smartphones.
  • En abordant le « sophisme de la planification » en les aidant à réserver le temps nécessaire à la réalisation des tâches.
  • En les encourageant à diviser les grands projets en éléments plus faciles à gérer.
  • Permettre des horaires flexibles.
  • En supprimant les réunions inutiles.
  • Vérifier la capacité avant de leur confier plus de travail.
  • Maintenir un équilibre sain entre le travail et la vie privée, comme ne pas envoyer 50 courriels le dimanche matin.

3. Compétences analytiques et de résolution de problèmes.

Imaginez que vous êtes en plein travail. Puis, on frappe à votre porte. Un membre de votre équipe a un regard paniqué et vous le laissez entrer. Il a un problème et ne sait pas comment le résoudre.

Comme il est nouveau dans votre entreprise, vous lui accordez le bénéfice du doute et l’aidez. Mais vous remarquez une tendance. Ils viennent vous voir pour chaque problème qu’ils rencontrent, même le plus banal. Non seulement c’est ennuyeux, mais c’est aussi une perte de temps considérable pour vous et le membre de l’équipe.

Vous voulez que les membres de votre équipe pensent de manière indépendante et en dehors des sentiers battus. Si quelqu’un a des difficultés dans ce domaine, encouragez-le à se concentrer sur la solution et non sur le problème. Et gardez l’esprit ouvert. Même s’il prend la mauvaise décision, il s’agit d’une expérience d’apprentissage.

4. L’agilité d’apprentissage.

« Les besoins du lieu de travail évoluent constamment, et nous avons donc besoin d’employés qui seront prêts à apprendre et à s’adapter en cours de route pour répondre à ces changements », déclare Adrian Ridner, PDG et cofondateur de Study.com. « Pendant le processus d’embauche, il est important d’évaluer si les candidats ont une agilité d’apprentissage et la faim de se développer professionnellement. »

Cependant, vous pouvez cultiver une culture de l’apprentissage en :

  • Demandant ce que vos employés veulent apprendre et en les orientant dans la bonne direction, par exemple en payant des cours en ligne.
  • Alignez les objectifs d’apprentissage sur les objectifs de performance.
  • Reconnaissant l’apprentissage comme une réussite.
  • Mettant en relation les membres de l’équipe avec des mentors.
  • En leur fournissant des ressources d’apprentissage, comme des abonnements à des publications spécialisées.

5. La gestion du stress.

La gestion du stress est un domaine souvent négligé. Après tout, le stress chronique peut avoir des effets physiques comme la fatigue, l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques. Qui plus est, il peut avoir un impact sur la productivité, les performances professionnelles et les relations.

Donc, oui. Le stress peut affecter tous les aspects de la vie d’une personne. C’est pourquoi il est si important d’aider les membres de votre équipe à apprendre à gérer leur stress.

Aider votre équipe à gérer son temps est un excellent point de départ. Le fait de pouvoir maîtriser la charge de travail et d’avoir le temps de prendre soin de soi peut grandement contribuer à réduire le stress dans l’entreprise. Une autre façon d’aider vos employés et votre équipe à gérer le stress est de respecter leur temps libre. Ne surchargez pas l’emploi du temps de vos employés et encouragez-les à prendre des congés quand ils en ont besoin.

Si cela ne suffit pas, aidez-les à identifier leurs déclencheurs et à trouver des idées pour les résoudre. Par exemple, si un employé est anxieux à l’idée de faire une présentation, suggérez-lui de méditer, de suivre un cours d’art oratoire ou de faire une co-présentation avec lui.

6. Le leadership.

Imaginez un lieu de travail où vous ne ressentiriez pas le besoin de faire de la microgestion. Mieux encore, que diriez-vous d’un lieu de travail où votre équipe se motive mutuellement, crée un environnement de collaboration et résout les conflits par elle-même ?

Cela ressemble au paradis, non ?

Eh bien, c’est possible si vous transformez vos employés en leaders. Et oui. Cela permettrait également de remédier à la pénurie de leaders à laquelle les organisations sont confrontées.

Aider vos employés à devenir des leaders n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît. Vous les avez déjà aidés à gérer leur temps plus efficacement, à créer une atmosphère qui encourage l’apprentissage et à améliorer leur intelligence émotionnelle.

D’autres stratégies que vous pourriez mettre en œuvre consisteraient à les aider à perdre leurs mauvaises habitudes, à les encourager à prendre des décisions et à les faire adhérer aux directives et aux politiques de l’entreprise. Vous devez également leur donner l’occasion de se mettre en avant. Par exemple, laissez-les prendre les rênes d’une réunion ou d’un projet à venir.

7. Offrez des feedbacks, souvent !

Une fois que vos employés sont sur la bonne voie pour développer leurs soft skills sur le lieu de travail, la meilleure façon pour vous de les aider en tant que dirigeant ou manager est de leur offrir un retour d’information périodique.

Le développement des soft skills est un processus incroyablement lent, car il nécessite un changement de personnalité et d’habitude, plutôt qu’un changement de connaissances.

Par conséquent, guidez doucement vos employés sur le bon chemin et ne les punissez pas lorsqu’ils s’en écartent de temps à autre. Après un certain temps, ils devraient être sur la bonne voie pour posséder un ensemble de soft skills.

8. Le souci du détail.

Enfin, vous voulez des membres de l’équipe qui sont minutieux et précis dans leur travail. En plus de garantir un travail cohérent et de qualité, cela signifie également moins d’erreurs. Et, lorsqu’il y a moins d’erreurs, cela permet de gagner du temps et d’augmenter la productivité.

Vous pouvez encourager cela en évitant de brusquer les membres de votre équipe. Si l’échéance est fixée au vendredi midi, ne confiez pas cette tâche à un employé le mercredi après-midi. Donnez-lui le temps nécessaire.

Soulignez l’importance de bien faire les choses dès la première fois. Il n’est pas nécessaire que ce soit parfait. Mais il faut qu’ils en soient fiers.

Pourquoi il est important de développer des compétences non techniques sur le lieu de travail ?

Le développement des soft skills au travail est essentiel pour de nombreuses raisons. Dans l’ensemble, les recherches ont montré que les employés ayant reçu une formation en soft skills sont 12 % plus productifs que ceux qui n’en ont pas.

Cela se traduit par un énorme retour sur investissement de 256 % pour les entreprises !

Si cela ne vous convainc pas, les conclusions du rapport Global Human Capital Trends de Deloitte le feront peut-être. Plus de 90 % des personnes interrogées considèrent que les soft skills sont essentielles pour favoriser la fidélisation des employés, améliorer le leadership et créer une culture significative.

Mais le développement des soft skills sur le lieu de travail aide également les entreprises à éviter les coûts, et pas seulement à gagner de l’argent. En effet, lorsque les soft skills font défaut, les employés sont enclins aux conflits, souffrent d’un manque de confiance en eux, ne se sentent pas écoutés et incompris et, en fin de compte, deviennent malheureux.

Savez-vous quelles sont les conséquences d’employés malheureux ? Un absentéisme accru, des performances médiocres, un mauvais service à la clientèle, un travail de mauvaise qualité et, finalement (roulement de tambour, s’il vous plaît), une diminution des bénéfices.

Prochaines étapes

Développer des soft skills sur le lieu de travail n’est pas une tâche facile, mais est-ce nécessaire ? Sans aucun doute.

Une main-d’œuvre riche en soft skills est comme un moteur de voiture flambant neuf qui fonctionne au maximum de son efficacité. Et n’oubliez pas que, comme tout moteur de voiture, les soft skills peuvent diminuer progressivement avec le temps si l’on n’y prête pas attention. Grâce à une formation continue en entreprise, vous pouvez tirer parti des soft skills pour réussir sur le lieu de travail.

Qui suis-je ?

Je m’appelle Pascale FORNONI

Dirigeante depuis plus de 15 ans ayant un degré élevé d’adaptabilité et de réactivité.

J’ai développé une expertise managériale pluridisciplinaire alliée à une qualité communicationnelle permettant la réussite des négociations.

Passionnée, ma motivation se porte essentiellement sur l’atteinte des objectifs et le bon développement des établissements en fédérant les collaborateurs vers des buts communs.

J’ai une vision stratégique solide, combinée à une attention constante des détails opérationnels dans le respect des orientations des décisionnaires et en toute confidentialité.