Le RSE c'est quoi ? définition et principes

Mise en place de politique RSE

Les consommateurs d’aujourd’hui attendent beaucoup des entreprises. Selon une étude de Cone Communications, 9 consommateurs sur 10 attendent des entreprises qu’elles agissent de manière responsable et qu’elles s’attaquent aux problèmes sociaux et environnementaux plutôt que de se contenter de faire des bénéfices. En outre, 84 % des consommateurs recherchent des produits responsables.

Pour satisfaire les consommateurs, de nombreuses entreprises pratiquent désormais la responsabilité sociale des entreprises. La responsabilité sociale des entreprises (RSE), également appelée citoyenneté d’entreprise, est un concept commercial dans lequel les préoccupations sociales et environnementales sont intégrées aux activités d’une entreprise. Le PDG de Whole Foods Market, John Mackey, qualifie la RSE de capitalisme conscient, dans lequel les entreprises “servent les intérêts de toutes les principales parties prenantes – clients, employés, investisseurs, communautés, fournisseurs et environnement”.

Dans cet article, nous allons introduire le concept de la RSE et présenter ses principes, dans un prochain article je vous détaillerais comment mettre en place une politique RSE au sein de votre organisation.

Prêt ? On est parti ! 

Catégories

Abonnez-vous à ma Newsletter

Rendez-vous tous les mois
pour découvrir les actualités d’Ystya

 
 

Me suivre

Qu'est-ce que la RSE ?

La RSE est la relation entre les institutions publiques, les entreprises et les citoyens d’un pays. Elle fait référence à la transparence des pratiques commerciales, fondées sur des valeurs morales et le respect des personnes, de la société et de l’environnement. Il existe trois principes de base de la responsabilité sociale des entreprises, à savoir la durabilité, la responsabilité et la transparence. La Commission européenne a défini la responsabilité sociale des entreprises comme un concept dans lequel les entreprises associent leurs préoccupations environnementales et sociales à leurs activités et collaborent sur une base volontaire avec leurs parties prenantes.

Bien qu’il existe de multiples versions de la RSE, les principales catégories générales de la RSE comprennent les efforts économiques, les responsabilités juridiques environnementaux, la philanthropie, les pratiques de travail éthiques et le bénévolat. Examinons de plus près chacune d’entre elles.

Les dimensions et principes de la RSE

Dimension économique 

Une entreprise doit assumer ses responsabilités économiques en termes de rendement raisonnable pour les investisseurs, de rémunération équitable pour les employés, de biens à des prix équitables pour les clients, etc… Ainsi, la responsabilité économique est le premier niveau de responsabilité et constitue également la base des responsabilités suivantes. Il n’en reste pas moins que la responsabilité économique est indispensable à toute entreprise pour survivre dans le temps.

Responsabilité environnementale

L’engagement de nombreuses entreprises en matière de RSE passe également par des efforts environnementaux. Par exemple, les entreprises peuvent avoir une forte empreinte carbone sur l’environnement, c’est-à-dire la quantité de gaz à effet de serre, notamment le dioxyde de carbone, émise par un individu, une organisation, un processus, un événement, une structure ou un produit. La majorité des scientifiques pensent que les gaz à effet de serre provoquent des changements dans le climat mondial, le niveau de la mer, les écosystèmes et, par conséquent, les modèles agricoles. (Des effets néfastes sur l’environnement, mais ici je ne vous apprend rien, enfin j’espère !) L’empreinte carbone des entreprises varie considérablement en fonction de leurs activités, de leur taille et de leur localisation.

Toute mesure prise pour réduire l’empreinte carbone est considérée comme bénéfique pour l’environnement. Ces efforts peuvent consister à minimiser la quantité de terres occupées ou utilisées, à construire/occuper des bâtiments à haut rendement énergétique, à planter des arbres dans la forêt tropicale et à utiliser des produits d’origine locale, éco-responsable, rendre plus “eco-friendly” ses processus de fabrication, passer à des fournisseurs d’énergies renouvelables, etc…

Responsabilité juridique et légale 

La responsabilité juridique des sociétés commerciales exige que les entreprises respectent la loi du pays et jouent selon la règle du jeu. Les lois sont la codification des choses à faire et à ne pas faire dans la société.

Le respect des lois est la condition préalable pour qu’une entreprise soit socialement responsable. L’histoire des entreprises regorge de cas où la violation des lois a empêché les entreprises de continuer à fonctionner. 

Responsabilité philanthropique (Sociétale)

Le mot grec “philanthropie” signifie littéralement “l’amour de son prochain“. L’utilisation de cette idée dans le contexte des affaires englobe des activités qui sont, bien entendu, à la discrétion de l’entreprise pour améliorer la qualité de vie des employés, des communautés locales et, en fin de compte, de la société dans son ensemble.

Les dons aux institutions caritatives, la construction d’installations de loisirs pour les employés et leurs familles, le soutien aux institutions éducatives, le soutien aux activités artistiques et de soutien, etc. sont des exemples de responsabilités philanthropiques assumées par les entreprises. Il est important de noter que les activités philanthropiques sont des souhaits des entreprises, et non des attentes de la société.

Responsabilité morale & éthique

Ces responsabilités renvoient à des obligations que les entreprises doivent remplir de manière juste, équitable et correcte. Le simple fait de se conformer à la loi, aux procédures, aux règles et aux règlements ne rend pas la conduite des entreprises toujours aussi éthique ou bonne. Le comportement des entreprises qui vont au-delà de la loi et contribuent au bien-être social est qualifié d’éthique.

Par conséquent, les entreprises ont la responsabilité éthique & morale de faire, même en allant au-delà de la loi, des règles et des règlements, ce qui s’avère bon pour la société. En d’autres termes, les responsabilités éthiques consistent en ce que la société attend généralement des entreprises au-delà des attentes économiques et juridiques.

La relation entre les parties prenantes et la RSE

Stratégie RSE

Les parties prenantes d’une entreprise sont intéressées par le bien-être de cette entreprise et peuvent inclure les employés, les membres du conseil d’administration, les actionnaires, les fournisseurs, les distributeurs, les clients et la communauté.

Actionnaires

La responsabilité première de toute entreprise est de veiller à ce que les propriétaires ou les actionnaires obtiennent un taux de dividende ou un rendement du capital investi équitable. Il s’agit d’une attente légitime des propriétaires vis-à-vis de l’entreprise. Naturellement, ces attentes doivent être raisonnables et compatibles avec les risques associés à l’investissement. Les propriétaires attendent également la sécurité économique et politique du capital investi. Si cette sécurité n’est pas assurée, la conséquence inévitable est le retrait du capital et la recherche de canaux alternatifs autres que l’entreprise.

Les Salariés

En ce qui concerne la responsabilité envers les employés, les principales questions régissant la relation employeur-employé sont liées aux salaires et aux traitements, aux relations supérieur-subordonné et au bien-être des employés. Il incombe à la direction d’offrir des salaires équitables aux travailleurs en se fondant sur les principes d’adéquation, d’équité et de dignité humaine.

Le maintien d’une relation harmonieuse entre les supérieurs et les subordonnés et la fourniture d’équipements de bien-être aux employés sont également des responsabilités de la direction. Il existe en Inde des lois spécifiques régissant l’emploi dans les usines, en vertu desquelles l’employeur est tenu de fournir des conditions de travail satisfaisantes en matière de sécurité, de santé et d’hygiène, d’installations médicales, de cantine, de congés et de retraite.

D’autres lois prévoient également la sécurité des travailleurs en cas de maladie, de maternité, d’accident du travail et de décès, ainsi qu’un fonds de prévoyance et une pension pour les employés.

Cependant, le bien-être des employés ne peut être considéré dans les limites étroites des exigences légales. Le bien-être des employés est mieux assuré si la direction accepte l’obligation d’assurer et de maintenir une main-d’œuvre satisfaite, et si les employés ont la possibilité de développer leurs capacités potentielles par la formation et l’éducation.

Les intérêts des consommateurs sont généralement censés être pris en charge dans un marché concurrentiel par les forces de l’offre et de la demande. Toutefois, la concurrence parfaite ne prévaut pas réellement sur tous les marchés de produits. Les consommateurs sont également victimes de pratiques commerciales déloyales et de comportements commerciaux contraires à l’éthique. La protection des consommateurs a donc été recherchée par le biais de la législation, et les organisations non gouvernementales (ONG) ont élargi leurs activités pour défendre les intérêts des consommateurs.

Ces contraintes peuvent être évitées si la direction assume la responsabilité de satisfaire les besoins des consommateurs et s’abstient d’accumuler, de profiter, de créer une pénurie artificielle, ainsi que de faire des publicités fausses, trompeuses et exagérées. 

Après avoir présentée dans les grandes lignes le concept de RSE, dans un prochain contenu, je vous présenterai comment implémenter une politique de RSE dans votre organisation.

Qui suis-je ?

Je m’appelle Pascale FORNONI

Dirigeante depuis plus de 15 ans ayant un degré élevé d’adaptabilité et de réactivité.

J’ai développé une expertise managériale pluridisciplinaire alliée à une qualité communicationnelle permettant la réussite des négociations.

Passionnée, ma motivation se porte essentiellement sur l’atteinte des objectifs et le bon développement des établissements en fédérant les collaborateurs vers des buts communs.

J’ai une vision stratégique solide, combinée à une attention constante des détails opérationnels dans le respect des orientations des décisionnaires et en toute confidentialité.